Politiques de santé : une obligation de résultats

Le Cotentin se doit, pour ses habitants, d’être exemplaire dans la lutte contre les déserts médicaux.

Chacun s’accordera pour affirmer que la santé doit être une priorité de l’action publique au moment où plus que jamais l’accès aux soins pour tous se raréfie sur le territoire.

L’État continue de maltraiter l’hôpital public et n’entend pas les alertes répétées des professionnels de santé qui sont au point de rupture tant leurs conditions d’exercice se sont dégradées. La mobilisation concertée de tous les élus doit s’amplifier et prendre des formes plus déterminées encore pour exiger davantage de moyens du gouvernement

L’accès à la médecine de ville est devenu un casse-tête pour toutes les familles notamment du fait des départs en retraite de très nombreux généraliste et spécialistes. Face à cette situation, il est indispensable que les élus locaux s’engagent totalement pour défendre les intérêts de nos concitoyens.

Nous saluons ainsi l’initiative du maire de Barneville-Carteret, Pierre Géhanne, qui a su se démarquer brillamment et a déjà reçu, suite à la médiatisation nationale de son offre d’accueil, des propositions de praticiens pour la Côte des Îles. Cela démontre que les atouts du Cotentin sont bien réels et que chaque collectivité peut agir.

Nous félicitons la Région Normandie qui, avec le concours de la Communauté d’Agglomération, développe des Pôles de Santé Libéraux et Ambulatoire, alternative au système actuel en crise. Elle consacre plus de 7,5 millions d’euros, dont 250 000 € pour Les Pieux et 110 000 € pour Valognes, pour leur déploiement. L’objectif est de garantir l’accès aux soins de proximité et pérenniser l’offre de soins à l’échelle régionale.

En 2014, la majorité municipale a bâti son accord d’union politique de second tour sur la question de la santé en affirmant vouloir créer un centre de soins public animé par des médecins fonctionnaires recrutés directement par la ville. Qu’en est-il quatre ans plus tard, où sont les praticiens promis ? Où en est-on de la construction de ce centre médical dont le financement n’a pas été budgétisé tant en matière d’investissement que de fonctionnement ? Les habitants de Cherbourg-en-Cotentin peuvent se questionner sur le temps de gestation de ce projet et sur la volonté réelle de l’équipe qui gère la ville de le faire aboutir. En matière de santé le temps de l’action compte plus encore que pour toute autre politique publique. Il en va de la sécurité et de l’espérance de vie de nos concitoyens. Les élus nationaux et locaux en charge des responsabilités exécutives n’ont pas qu’une obligation de moyens mais une obligation de résultats.